Accueil www.alaingerente.com DVD Films Histoire de La Fournaise Eruptions Commander Téléchargements Liens Utiles


Histoire de La Fournaise par Alain GERENTE IV

Les éruptions de 1981 à 1992


Xavier Lalanne venait à peine de prendre son poste de premier directeur de l'Observatoire que le volcan se réveille le 3 février 1981. 48 heures plus tard naît son fils Julien. Aussi les journalistes décidèrent de baptiser le nouveau cratère en formation " Cratère Julien ".
Vous pouvez facilement visiter ce cratère. Prenez le sentier d'accès à La Soufrière, 10 minutes avant de terminer votre ascension vous l'apercevrez une centaine de mètres en contrebas sur votre gauche.

Depuis l'éruption très médiatisée d'avril 1977 sur le Village de Piton Sainte Rose, le volcan avait eu un dernier sursaut en novembre 1977 en construisant un cône important au pied du Signal de l'Enclos, baptisé Cratère Ducrot en hommage au travail de Marcel Ducrot.
Au cours des 38 mois qui suivirent il n'eût que de 2 brefs réveils de quelques heures le 28 mai et le 13 juillet 1979. A l'époque, ayant étudié avec Maurice Krafft la rythmicité des éruptions de La Fournaise sur une centaine d'années, on avait constaté que plus le temps de repos entre 2 éruptions était long, plus l'éruption à venir serait longue. Grosso modo nous avions un mois d'activité par année de repos ( à condition de ne pas tenir compte des éruptions de quelques heures ). Nous pouvions donc nous attendre à 3 mois d'activité, ce qui fût le cas l'éruption s'achevant le 4 mai 1981 ayant construit 2 autres cônes l'un sur le flanc Sud du Dolomieu en mars et un troisième dans la Plaine des Osmondes en avril.
Campant, grâce à l'aide de l'armée, à 300 mètres du dernier cratère en activité, près du Piton de Crac, je fus témoin avec André Bacquet qui m'accompagnait d'une intense activité phréatomagmatique le 7 avril avec jets de nombreuses bombes en chou-fleur et de cendres à une centaine de mètres de hauteur. Cette activité inhabituelle et totalement silencieuse, due aux pluies intenses, se produisait 150 mètres en amont du cratère en activité au niveau de la fissure ouverte une semaine plus tôt le 1er avril.

Le volcan s'endormit ensuite pendant 30 mois jusqu'au 4 décembre 1983, il fallait s'attendre à 2 mois et demi d'activité et l'éruption suivit une fois de plus cette règle s'achevant le 18 février 1984. A ce jour les fontaines de lave du 4 décembre sont parmi les plus spectaculaires jamais observées sur Le Piton de La Fournaise.

Toutes ces archives de 1977 à 1984 donnèrent lieu à un nouveau film " Qâf " qui reçut une dizaine de prix internationaux et fût diffusé dans le monde entier ( il fait partie aussi du DVD 1 " Il était une fois La Fournaise " ).


1985 est un tournant pour l'activité du volcan. Une petite éruption de 24 heures se déroule le 14 juin 1985. 3 semaines plus tard une intrusion de magma échoue à peu de distance de la surface le 9 juillet. Le lendemain l'Observatoire Volcanologique enregistre l'une des plus grosses crises sismiques de l'histoire de l'Observatoire (plus de 1200 séismes le 10 juillet). Contrairement aux crises précédentes les épicentres sont situés dans le Grand Brûlé un peu en dessous du niveau de la mer. Que se passe-t-il ?
Une explication possible est que les tensions accumulées dans la partie Est du volcan, suite aux intrusions éruptives, se soient relâchées.

En tout état de cause à partir de ce jour le magma n'aura plus de difficulté à parvenir à la surface et les éruptions vont maintenant se succéder à un rythme effréné :

- 5 août-1er septembre 1985 cratère Charles situé au pied du Magne , cratère depuis presque entièrement disparu corps et biens sous les coulées du Kapor en 1998,
- 6 septembre-10 octobre éruption dans le Dolomieu et près du Maillard.
- 2-3 décembre éruption sur le flanc Sud du Dolomieu.
- 29 décembre- 7 février 1986 éruption dans le Dolomieu.
- 19-29 mars 86 éruption Hors Enclos du Puy de Takamaka, 2 coulées traversent le village du Tremblet, atteignent la mer et construisent une plateforme de 30 hectares.

Ces dernières activités de 1985-1986 ont fait l'objet d'un nouveau film documentaire coréalisé pour la seconde fois avec Maurice Krafft " La Fournaise, un volcan dans la mer ", film également inclus dans le DVD 1 " Il était une fois La Fournaise ".


Au moment où la lave cessa de couler en mer, le 29 mars, une explosion phréatique se produisit dans le Dolomieu. Le lendemain on découvrit un " pit-crater " puits d'effondrement de 100 mètres de diamètre et de 80 à 100 mètres de profondeur. Surprise, alors que toute éruption avait cessé, une coulée de lave sortie de nulle part tombait en cascade dans le fond du puits.

Il ne fallut pas longtemps aux volcanologues pour réaliser qu'il s'agissait des restes de l'éruption de janvier dans le Cratère Dolomieu. Les coulées remontant à 2 mois qui s'étaient répandues dans ce cratère sommital, étaient refroidies en surface, mais à une dizaine de mètres de profondeur elles étaient restées liquides, protégées du refroidissement. Cette couche encore liquide, mise à jour par l'effondrement, forma une petite rivière de lave qui durant 3 jours tomba en cascade au fond du pit-crater.

Ce puits d'effondrement dans le cratère Dolomieu était clairement une zone de faiblesse, donc un point de sortie privilégié pour le magma. Aussi il n'est pas étonnant que les activités suivantes se déroulèrent au fonds de ce puits ( 13-14 juillet , 12 et 26 novembre 1986 ).

Puis l'activité reprit pour 1 mois dans le Dolomieu le 6 décembre comblant définitivement le pit-crater, activité relayée par une nouvelle éruption au bord de la Plaine des Osmondes le 6 janvier. Cette dernière cessant vers le 20 janvier 87.

En 1987 de petites éruptions se déroulèrent en juin et les 6-7 novembre.
2 activités plus importantes intervinrent dans le voisinage du Château Fort du 30 novembre au 1er janvier 88 et du 7 février à fin mars 88, mais la plus importante éruption ( 30 millions de mètres cubes ) provint du Durandal, situé un peu au-dessus du Faujas ( 18 mai-12 juillet 88).
Ce dernier cratère reçut la visite de Maurice Krafft, et les journalistes le baptisèrent officieusement le " Kraffter ". Cette suractivité de La Fournaise devait aider Maurice à convaincre le Conseil Régional de la création d'une Maison du Volcan.
En effet ces éruptions à répétition passionnent les touristes. Mais les fontaines de lave sont souvent difficiles d'accès et la visite d'un Musée du Volcan où serait expliqué le fonctionnement du Piton de La Fournaise et où les spectateurs pourraient sans risque " assister à une éruption " devrait être un must.
La maison du Volcan fût mise en chantier, sa réalisation devait prendre 4 années,
( inauguration en octobre 1992 ).

Cette même année 1988, le Piton de La Fournaise continua à s'agiter ( 31 août-10 septembre , 14-29 décembre ), puis s'endormit pour 1 an.
En 1990 après une brève activité les 18-19 janvier se déroula l'éruption du cratère Catherine du 18 avril au 8 mai. Le nom fût donné en hommage à la secrétaire des Observatoires Volcanologiques de l'IPG. Ce grand cratère situé en dessous du " Gros Bénard " est entouré d'une mini Plaine des Sables, car sa formation fût accompagné de 8 jours de pluies diluviennes et de vents violents projetant les lapillis sur de grandes distances.

Le Piton de La Fournaise s'agita encore 2 jours un an plus tard, les 19-20 juillet 91, une dernière éruption intervint du 27 août au 23 septembre 1992 (Cratère Zoé du nom de la fille du directeur de l'Observatoire Jean Paul Toutain, née le même jour, cratère situé près du " Château Fort " ) puis la Fournaise s'endormit pour 6 longues années.

Accueil Collection DVD Commander Histoire Eruptions Récentes Extras Liens Alain GERENTE
Contacts: Alain Gerente (Scientifique/Cinéaste) - Roxane DE LAJARTRE (Web designer / Graphiste) - Paul DE LAJARTRE (Photographe)

Ajouter aux Favoris - Email - Sitemap

Google